Thérapie par les Fleurs du Dr. Bach et les Elixirs floraux

«L'origine de la maladie est un  conflit entre l'Âme et la personnalité.»

Docteur Edward Bach

 

Les 7 grands principes du Docteur Edward Bach

L'homme a une âme, qui est son moi réel, invincible et immortelle.

La personnalité est placée là où il convient qu'elle soit, dans le but d'acquérir connaissances et expériences nécessaires pour progresser vers la perfection de sa nature.

La vie sur cette terre (une incarnation) n'est qu'un instant dans le cours de notre évolution, telle une journée d'école dans une existence terrestre.

Tant que l'âme et la personnalité sont en harmonie, tout est joie et paix, bonheur et santé. Le conflit surgit quand la personnalité s'écarte de la voie tracée par l'âme, soit par l'entraînement de ses propres passions, soit par la persuasion des autres. Ce conflit est la cause profonde de la maladie et de l'insatisfaction.

L'Amour est le Créateur de toutes choses, qu'il s'agisse d'une planète ou d'un caillou, d'un étoile ou d'une goutte de rosée, d'un homme ou de la plus infime forme de vie (compréhension de l'Unité en toutes choses). Nous pouvons en avoir une idée en nous représentant notre Créateur comme un grand soleil flamboyant de bienveillance et d'amour, irradiant de son centre un nombre infini de rayons partant dans toutes les directions, à la pointe desquels nous sommes des particules, et nous devons finalement revenir au grand centre après avoir acquis expériences et connaissances. Bien que chaque rayon puisse nous apparaître séparé et distinct, il fait en réalité partie du Grand Soleil Central. La séparation est impossible, car dès qu'un rayon de lumière est coupé de sa source, il cesse d'exister- Ainsi pouvons-nous comprendre quelque peu l'interdépendance de tous, car bien que chaque rayon puisse avoir son individualité, il n'en est pas moins partie du grand Pouvoir Central Créateur. Donc toute action contre nous-mêmes ou contre un autre affecte le tout, et comme l'imperfection d'une partie se reflète sur l'ensemble, chacune de ses parties doit en définitive devenir parfaite. Ainsi nous voyons qu'il y a deux grandes erreurs fondamentales possibles :

- Dissociation entre notre Âme et notre personnalité et Tort causé aux autres.

La maladie est en soi bienfaisante et a pour but de ramener la personnalité à la volonté de l'Âme. Si nous pouvions seulement prendre conscience des fautes que nous commettons et les corriger par des moyens spirituels et mentaux, il n'y aurait nul besoin des sévères leçons de la souffrance (la compréhension et la correction de nos erreurs abrégeront notre maladie et nous rendrons la santé).

Donner aux malades, en plus des remèdes matériels, la connaissance des erreurs de leur vie et le moyen de les éliminer.